Visa Surya?

Visa Surya?

Uber, très controversé à plusieurs endroits est, du moins ici, un outil bien pratique. Comme partout j’imagine, certains chauffeurs de taxis essaient de vous escroquer et ne sachant pas trop jusqu’où vous pouvez vous permettre de vous obstiner, vous finissez par plier.

Néanmoins. « To the Syrian Embassy, please ». Khalid, chauffeur de taxi, retraité de l’armée Libanaise, me raconte qu’il y a amené une journaliste Russe (oui, comme toujours, les journalistes occidentaux, sauf ceux qui ont un avis divergent des médias de masse, sont inexistants sur le terrain et restent en général bien au chaud dans le confort de leur maison à copier-coller des informations biaisées voire mensongères qu’ils ne vérifient pas mais sont dans l’ordre d’idée de leurs patrons) qui désirait s’y rendre. Le visa lui ayant été refusé, elle a tenté de traverser par un autre moyen: Payer quelqu’un et traverser loin d’un poste frontalier! Ce qui n’a pas non plus fonctionné.

mattgregoire-libanon-2
Parenthèse, cela m’amène à revenir sur certains sujets pertinents. Dernièrement, quelqu’un me parlait d’opinions, du fait qu’il n’était pas toujours en accord avec les miens mais que c’était bien ainsi et que c’était intéressant de lire parfois ces opinions malgré tout. Je me suis donc demandé si, par exemple, lorsqu’on aborde le sujet d’un conflit ou d’une guerre et qu’on apporte des faits qui ne sont pas dits dans les médias-poubelles, les gens résument-ils cela à un simple « opinion »?

Et voici un texte qu’absolument tout le monde devrait lire pour comprendre le fondement des médias dominants et comment les gouvernements les utilisent à leur fins, ainsi que les raisons pour lesquelles ils biaisent, omettent ou modifient les faits pour manipuler l’opinion public et la masse pour leurs propres intérêts: https://www.ababord.org/Le-modele-propagandiste-des-medias,261. Ainsi, il serait pertinent de se rappeler une chose: Attention aux médias de masse, tenez-vous en bien loin si vous n’avez pas un intérêt ou une passion pour déchiffrer tous les mensonges et aller vérifier les faits par rapport aux sujets qu’ils abordent, ce n’est pas un opinion mais un fait qu’ils ne vous offrent que rarement une information neutre et vérifiée.

mattgregoire-liban1-7

Arrivé à l’entrée de la rue de l’ambassade, nombreux checkpoints de l’armée libanaise. Le taxi ne peut pénétrer dans ce secteur, alors on me fait descendre et on vérifie mes documents et mon sac à dos. Je m’y rend ensuite, voyant que très nombreux syriens font la file et d’autres attendent derrière une barrière, avec quelques soldats libanais. On me fait signe de dépasser la file et d’entrer dans l’ambassade. En montant les marches, un soldat me sourit et me posa des questions sur mes origines et les raisons pour lesquelles je me trouve là.

J’arrive finalement dans le bâtiment principal, c’est bondé de gens. N’y comprenant rien aux indications (tout est écrit en arabe, je m’en veux de n’y rien comprendre), on me montre le bureau de demande des visas. J’entre. Souriants, quelques hommes me font signe de m’asseoir. Cigarette à la bouche, l’homme au bureau me dit: « Visa Surya? » (Syrie est prononcée Surya en arabe). Il compose alors un numéro à son téléphone. L’homme à ses côtés, un sacré personnage. Une copie de  M. Castro, en beaucoup plus volumineux. Une barbe tout aussi gigantesque, avec son habit militaire sur lequel se trouve un badge du président Assad. Il me sourit, fait un signe de tête en guise d’approbation.

Puis, on me prête le téléphone: « Hi, what is your request? ». Ma demande, c’était bien sûr un visa d’entrée pour la Syrie. Car peu ou pas de journalistes occidentaux n’ont couvert ce conflit. Ils n’ont que rapidement adopté la rhétorique des médias de masse et acheté leur information d’entreprises (anciennement, des agences d’informations, dont Reuters ou France-Presse qui sont maintenant littéralement des entreprises dont le but est de faire de l’$$$ pour leurs actionnaires – d’autres énormes entreprises privées avec des intérêts bien au delà de ce qu’on imagine), ce qui a très rapidement laissé le champ libre à ces médias pour dominer l’opinion public selon des intérêts bien précis.

Alors, on m’explique que je dois avoir une lettre d’invitation (pour un visa de touriste, sinon un visa média prend beaucoup trop de temps pour le peu que je possède) et ensuite, qu’ils analyseront ma demande. Je sors donc de l’ambassade, où le même soldat m’aborde à nouveau. Nous échangeons un peu et je fini par quitter. Mais, pourquoi la Syrie?

Parce que depuis le début du conflit, il m’a semblé si facile de voir tous les mensonges des médias dominants, les mêmes qu’à chaque guerres, prendre aussi vite possession de l’espace public et imposer une direction pré-déterminée. Démonter aussi facilement les faits et appuyer sans aucune preuve qui soit, l’idée même de supporter une éventuelle guerre dans un pays où vivaient entres-elles de multiples ethnies et religions. Un pays laïque qui offrait un système de santé et d’éducation publiques, où personne ne craignait de recevoir une bombe ou un tir de mortier, ou encore de se faire couper la tête par des assassins complètement fous.

mattgregoire-libanon-11

Certes, Bachar el-Assad n’est probablement pas le meilleur président du monde (encore faudrait-il déterminer ce qu’est un « bon » président – Car Harper, Bush, on repassera). Il y avait sûrement des choses à améliorer en Syrie. Mais il n’y avait pas de guerre. Demandez aux syriens si ils sont heureux de ce que leur pays a l’air maintenant. Ou de ce qu’il aurait pu avoir l’air si Al-Nusra et Daesh, puis « l’opposition » auraient imposés la charia dans le pays. Regardez en Libye, ce que la destruction du pays par les occidentaux a apporté. Le chaos, la chute des institutions, de la stabilité et de la sécurité, des vagues de migrants désirant maintenant quitter ce pays qui était leur. Les diverses milices islamistes qui se battent sans cesse pour reprendre une partie de territoire. Rappelons-nous que c’est avant-tout pour la déclinaison de Kadhafi à des ententes pétrolières occidentales et à sa volonté de créer une monnaie unique africaine ayant concurrencer le $ US et le YUAN, que les occidentaux ont voulu sa fin. Mais, bien-sûr, peu le savent. Et regardez l’Afghanistan, ou l’Irak. Le même bordel.

Je suis toujours étonné de voir qu’autant de gens en 2017 ne réalisent pas que toutes ces guerres modernes soient politiques/économiques et que la destruction de ces états, qui amène les flux de migrants les plus importantes de l’histoire et les pires atrocités de la planète, qui détruisent des millions de vies, ne sont que le fruit de quelques hauts dirigeants qui ne veulent pas perdre leur hégémonie et leurs clients. Total, Shell, Halliburton, peu importe. Le pétrole et les armes, c’est un commerce bien fructueux. Encore une fois, ce sont des faits vérifiables et il s’agit de quelques recherches, peu importe le conflit, pour en comprendre le fond et les raisons réelles.

mattgregoire-libanon-6

Il ne s’agit que de regarder le pays « dominant », celui qui nous parle de droits de l’homme, de démocratie, de paix, qui se vante d’être un as en ces matières. C’est pourtant le pays qui pratique le plus la torture, qui possède de nombreux centres dont certains tenus bien secrets où nombre de gens, bien souvent innocents, vivent un enfer. C’est le pays qui a soutenu et organisé le plus de coups d’états sanglants à travers le monde, toujours au nom de la « paix » (non, du capitalisme sauvage). C’est le pays qui offre le moins de services à ses citoyens au nom de la privatisation et de la méchanceté des taxes et impôts mais utilise l’argent du peuple pour injecter chaque année des centaines de milliards de dollars dans l’armée. C’est le pays qui scrute le plus la vie d’autrui sans l’accord de qui que ce soit, puis pas juste de ses propres citoyens mais à grandeur du globe. C’est aussi le pays qui, à maintes reprises, à interféré dans des élections démocratiques (entre-autre en Europe de l’est, par les « révolutions oranges »), pour imposer des gouvernements de droite en faveur de leurs intérêts. C’est le pays qui, aussitôt que sa population sort dans la rue pour partager son opinion et son mécontentement, envoie l’armée et décrète l’état d’urgence pour éteindre au plus vite les opinions divergents. C’est le pays qui, dernièrement, à envoyé des milliers de mercenaires dans des pays européens pour tenter de faire peur au monde et nous inventer une « menace russe », encore un tissus de manipulations et d’aberrations cérébrales – Cette technique d’utiliser la peur pour manipuler se nomme d’ailleurs « terrorisme » -. Alors, nous repasserons.

mattgregoire-libanon-8

Voilà, le pourquoi de mon intérêt. Pour voir de mes propres yeux et partager la réalité, celle que la majorité ne savent pas. Entendre de « vraies » personnes donner leur point de vue et dire ce qu’ils vivent, pas entendre des faces maquillées aux dents blanchies, arrivant dans leur SUV au studio télé, café à la main, gel dans les cheveux, venant tout juste de prendre note de ce qu’ils auront à radoter sans même se poser de question sur ces « nouvelles ». Dire non, ça suffit. Les gens sont obligés d’être conscients et de savoir, en tant qu’êtres humains. Que l’ignorance et l’égocentrisme, ce n’est pas propre à nous.

Que l’ignorance, c’est ce qui permet à cette poignée de criminels de financer ces guerres et de manipuler les masses. De dominer l’opinion publique, de laver les cerveaux et de continuer à agir comme ils le veulent. C’est ce qui amène la mort de millions de gens, leur déplacement, la perte de leur domicile, la détérioration de leur qualité de vie. Et nous devons nous battre pour que la balance retombe de notre côté et qu’un jour, ces guerres sales cessent.

mattgregoire-libanon-9

Publicités

Thinking you know Manzanas.

Thinking you know Manzanas.

mattfoto-alexmarie_2048-6

Those first 28 years were awesome. Full of stories, kilometres done, cultures shared, countries visited, dreams and nightmares lived in the night time. Fights, beliefs, questioning.

Young, I was realizing that it wasn’t possible that this reality was the only one. That studying, making money and getting through the same point as the society was showing us to get through was the only way we could make it. Still. I was dreaming about being a cosmonaut. Was f&!#*g hating hockey and believing in human equality. What a jerk was I!

But it all happened. Starting travelling through the USA at 17′ years old with Mike, two lost young men in search of adventures and other realities that weren’t really known or more than that, misknown. And we made it, couple of times, couple of countries. Couple of trips later. Couple of realities further.

And it was nothing. Just the beginning. Once, through all those adventures, I was like: « Oh shit, we all make mistakes and have to face them. Any course we draw, we go through. And we always have to make decisions. Never more than less. »

Sometimes, we are facing other realities that weren’t explained at school or at home. And at those very precise moments, you understand that no experiences, no studies or whatever shit you think that teached you something can prepare you to the unexpected. And you just hit a wall. A f!&*ng huge one.

Life is not as simple as thinking that you know anything or can learn stuff without living it. Unconscious are you if you think you know anything before living it. Allowing you to judge others. Thinking that you can teach to anyone any stuff you think you’ve learned. Never forget something: We all have totally different perceptions and it exists as many perceptions as human lives in this world.

Xxx.

 

La santé mentale – Loin d’être proche

La santé mentale – Loin d’être proche

Qui s’imaginerait se lever un matin avec une problématique de santé mentale. Ou encore, avec un proche qui est aux prises avec une problématique telle. Il est si facile de juger un fait, lorsqu’on ouvre un journal ou la télévision. Qu’une personne, une mère ou un père, un adolescent ou peu importe, a commis des gestes terribles et qu’on saute sur l’occasion pour prendre le même discours que les médias ou les animateur-poubelles et juger les gestes ou la situation. Réduire une situation d’ampleur à un jugement rapide, un « cheese-judgment » balancé sur le vif, un: « Ah, le trou de cul! – Sacré salop ! Une cinglée, elle! Quel espèce de..tas de détritus! ».

Mais qu’en est-il vraiment? Qui es-tu, toi, oh grand parleur, pour juger d’une situation et de gestes impliquant l’analyse d’une vie, de plusieurs vies entières en fait et sous plusieurs facettes? Que connais-tu, des gens ayant commis ces actes? De leurs vies? De ce qu’ils ont vécu dans le passé? De leur santé mentale? De celle des gens les entourant? De leurs perceptions? De l’aide (ou pas) qu’ils ont eu du système? Oh, en voilà des facteurs, non? Alors, ta bouche, est-elle encore ouverte? Pour les bonnes raisons? Pour les bonnes réflexions? Sinon, c’est pas obligé hein? On peut s’en passer. Ouvre tes yeux, tes oreilles et ton esprit surtout.

Lorsqu’on vit un enfer en tant que proche de gens vivant avec une problématique de santé mentale, c’est là où on réalise que notre système a des failles. De sacrées failles. Beaucoup de travail à faire. Beaucoup d’améliorations à apporter. Et que, nos proches ou moins proches vivant avec ces problématiques, finissent par prendre pas mal notre énergie et celle de nos proches à nous. Ces proches qui ne sont pas nécessairement les proches de nos proches. Ça fini par être proche quand même bref.

Et lorsqu’on va chercher de l’aide pour ces proches ou moins proches – ceux qui acceptent d’avouer leur problématiques comme ceux qui se le refusent littéralement et sont encore plus lourds à gérer pour vous et..vos proches, proches – On réalise qu’il n’y en a pas vraiment. Du moins, pas tant et aussi longtemps qu’ils n’acceptent pas de s’avouer qu’ils ont besoin d’aide.

Par exemple, une personne qui saute un plomb et fait un geste X, se ramassant à l’hosto subito presto – Vous vous dites: « Enfin, peut-être que le système va finir par aider, après tant d’années, un dossier aussi important et en plus, un diagnostique et voilà, ces gestes d’importance. » Puis, après avoir répondu à 2 ou 3 questions sur le vif par un « professionnel » – celles dont les réponses qu’on voulait probablement entendre furent correctement pondues – on fini par dire aussi simplement: « Bon, vous êtes top shape, ciao. Next one please. » Et là, vous voyez un proche proche, pas mal proche, qui n’y croit autant pas que vous, les larmes aux yeux. Et là, ça commence à faire pas mal. Une goutte de trop. Criss. On peut se le dire. Mon texte s’adresse à un public de 18+. Désolé pour les gros mots, pas mon genre mais là, ça fait.

Ça me fait penser. Une amie d’une amie, un jour, me racontait une histoire. Elle me parlait d’une proche, qui était rentrée à l’urgence pour une Xième fois, lors d’une Xième crise où elle disait ouvertement qu’elle en finirait. Dans la même nuit, on lui disait: « Va t’en chez toi, t’es ok. Top shape, oui oui. » Ben criss, la petite, elle l’a fait. Et ses proches, ils ont perdu une proche. Et des histoires comme ça, on pourrait s’en partager des centaines j’en suis convaincu. On fait quoi? La faute à qui? Je sais pas. Je m’en fou. C’est peut-être pas le but de mon texte, ou peut-être bien finalement.

Ça me fait penser à une autre histoire. Un ami d’un ami franco-chilien, un papa. Qui lui, avait rencontré quelqu’un un jour avec qui il a eu un enfant. Cette personne là au départ, disait parler aux morts. Mais bon, comme il paraît que l’amour ça rend aveugle, il s’est dit que ça pourrait être pire. Et finalement, dès le départ, il s’est mis à vivre les crises psychotiques de l’autre. Pis pas que des petites! Et chez lui, à peu près chaque nuit durant une année.

Pis doesn’t matter que l’enfant né était à côté dans sa chambre, il pouvait pas aller voir lors des crises, elle se mettait devant la porte. Ou allait prendre des couteaux et s’enfermait dans des chambres. Ou des pilules. Quand il appelait la police, il se faisait dire: « Parfait, je dirai que tu me bat! » Avec un sourire en coin, en prime. Quand il tentait de partir en pensant que seule, elle se calmerait et que la crise cesserait, il sortait et embarquait dans l’auto. Elle sortait aussi, s’assoyant sur le capot de l’auto, ou simplement se plaçant devant. Ça, c’était durant une année.

Et même après, ça a continué. Mais autrement. Un long moment où jour comme nuit, elle débarquait, frappait dans les portes et les fenêtres. Ou appelait. Des fois, 91 fois de suite. Des intervalles de 30 ou 40 secondes. I confirm, il m’a montré les screenshots. Ouin, parce que ça, tout est noté. Mais encore, c’était pas assez. Parce que combien de fois il s’est rendu voir un/une TS (Travailleur social), des organismes, visité la police, des heures de recherches sur le net. Et ben, jamais un grain de riz d’aide. Un peu d’écoute, sans plus. Après, il se disait « Hell, ça va arrêter?« . Mais non. Parce que l’enfant maintenant, il lui sert de relais et de pont pour continuer. Mais ça, elle le réalise pas et continue.

Puis voilà, plusieurs années plus tard, son enfant beaucoup plus grand, parle et parle, à des gens qui lui partagent beaucoup de trucs. Mais aussi à lui et à ses proches. Pis à un moment, tu te dis: « Oh shit, un enfant si jeune sort ce genre de phrases et entend de pareilles choses? Calice! « . Et là, tu comprends que la vie de ce gars là a dû et doit encore être vraiment un enfer. Que cet enfant là subit la moitié de sa vie sans trop savoir quoi et lui non plus. Mais que pourtant, l’aide est pas là. Même si il en a passé, des centaines d’heures à monter des dossiers, à faire des appels, à rencontrer des gens, à parler à des « professionnels ». Mais ça, bah. Who cares ?

Alors des situations comme ça (et là, c’est sûrement 0.1% de ce qu’il m’a raconté, imaginez si je vous écrirais tout ein!), il y en a. Et combien. Par chance, lui, il a la stabilité et la force d’esprit lui permettant d’être encore debout, de pas lâcher et de croire assez en la vie pour se dire qu’elle finira par être plus agréable. Même si en plus de ça, on lui a offert un cancer de la peau. Et assez con, il l’a accepté. Vous me direz: « Pffff, haha comme si! » Ben oui, je vous le jure. Avec le sourire en plus ! Faut être cinglé pour dire oui à ça non? En tk, moi j’aurais dit: « No way, keep it please!« 

Pour dire, des histoires de malades et des gens qui vivent des trucs insensés, il y en a des millions. Quand on voit que les proches vivent avec autant de poids sur leur dos, shit. Là, on comprends mieux. On juge pas mal moins les autres. On apprend à être moins « bat », à se mettre à la place d’autrui. Et à dire « Ta geule, Duhaime. » ou quelconque autre diseur de pourriture. J’appelle ça des « dickheads », ou des « pages blanches cérébrales », quand tu réfléchis pas et que tu juge les gens en pensant que tu connais quelque-chose à leurs vies et qu’on t’a pas demandé ton avis. Quand ta bouche est plus grande que tout ton cortex cérébral, que ton jugement est plus important que toutes les bonnes idées que t’as eu dans ta vie réunies. Un 12″ chez Subway, avec tous les légumes SVP. Extra suisse.

Et bien voilà, le système, il semble être fait comme ça. On veut détacher la personne de sa problématique. On veut l’encadrer mieux, autrement. Lui laisser sa liberté et lui permettre de choisir. Tout ça, je suis beaucoup trop d’accord. Mais les impacts sont là. Les aidants deviennent des victimes, ils subissent et mangent un sacré char de marde. Ont aucun recours, TRÈS TRÈS peu d’aide. Et à un moment, on se demande pourquoi certains finissent par poser des gestes de fou pas croyables. Je pense que ça peut commencer à te le faire comprendre si t’es dans les dickhead de ce monde. Et les gens qui ont besoin d’aide et veulent pas se l’avouer, on peut pas le faire à leur place ça a l’air. Alors faudrait au moins que le système se donne le droit de les aider si eux en veulent pas, de l’aide. Parce que ça tue pas mal plus de gens en bout de ligne. Genre tous les proches, pis les proches des proches.

Et bien pour conclure. Mon texte, je l’ai peut-être écrit pour essayer de se l’expliquer, le pourquoi. Encore, on est chanceux que la plupart des gens aient une certaine force émotionnelle et psychologique pour endosser tout ce qu’ils vivent, parce que des gens malades dans une société malade, il y en aura de plus en plus, et les proches des proches vivant aux prises avec une problématique de santé mentale, ils seront peut-être de moins en moins proches des proches dans un individualisme du lointain. Et être loin d’être proche, c’est fucké.

La stratégie du choc – Paris, Syrie, mes amies

La stratégie du choc – Paris, Syrie, mes amies

3 semaines après les tragiques événements du 13 novembre 2015 à Paris, un portait plus précis des multiples raisons pour lesquelles ces événements furent planifiés se dessine peu à peu. (N.B. Ces remarques ou faits furent notés par plusieurs, je ne me contente que de rassembler les multiples idées, analyses ou discussions que j’ai lues, eues et partagées avec diverses personnes, en espérant que cela puisse faire réfléchir plus en profondeur et amener à moins croire facilement toute l’information biaisée « fast food » pondue par les médias de masse.)

  1. Le 16 novembre 2015, l’un des plus grands fabriquant d’armes en France (Thalès) était en hausse de 3%. Des hausses similaires furent observées pour d’autres entreprises de vente d’armes dans le monde dont Northrop, Lockheed ou encore Raytheon. (1).
  2. L’état d’urgence décrété (2):

La déclaration de l’état d’urgence donne pouvoir aux préfets de département :

– d’interdire la circulation des personnes ou des véhicules dans les lieux et aux heures fixés par arrêté ;

– d’instituer, par arrêté, des zones de protection ou de sécurité où le séjour des personnes est réglementé ;

– d’interdire le séjour dans tout ou partie du département à toute personne cherchant à entraver, de quelque manière que ce soit, l’action des pouvoirs publics.

Le ministre de l’intérieur, pour l’ensemble du territoire, et le préfet, dans le département,  peuvent :

ordonner la fermeture provisoire des salles de spectacles, débits de boissons et lieux de réunion de toute nature ;

interdire à titre général ou particulier les réunions de nature à provoquer ou à entretenir le désordre.

Le décret déclarant ou la loi prorogeant l’état d’urgence peuvent :

  • conférer aux autorités administratives le pouvoir d’ordonner des perquisitions à domicile de jour et de nuit ;
  • habiliter les mêmes autorités à prendre toutes mesures pour assurer le contrôle de la presse et des publications de toute nature ainsi que celui des émissions radiophoniques, des projections cinématographiques et des représentations théâtrales ;
  • donner le droit à la juridiction militaire, les tribunaux militaires, à se saisir des crimes qui relèvent normalement de la cour d’assises de ce département.

En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/societe/article/2015/11/14/attaques-a-paris-ce-que-veut-dire-la-declaration-d-etat-d-urgence-en-france_4809523_3224.html#qtm6qbLvcCOWhOtb.99

____________________

Comme le mentionne également la journaliste/auteur/cinéaste et militante canadienne Naomi Klein (https://www.youtube.com/watch?v=nrdSuPiTFyI) en marge du sommet de la COP21 (COP21 qui d’ailleurs, est presque une blague en soit) et d’après ses recherches et l’un de ses livres (La Stratégie du Choc – Documentaire également disponible ici https://vimeo.com/39037720), les gouvernements usent de crises et de la peur pour imposer leurs intérêts aux populations. Intérêts généralement néolibéraux financiers. Elle cite: « Le gouvernement français avait déjà comme ambition de restreindre le droit à la protection des données personnelles. » (3). Il ne fallait rien de moins qu’un événement d’une ampleur exceptionnelle pour pouvoir modifier des lois comme celle menant au décret de l’état d’urgence, qui laisse la voie libre à l’état et à sa force répressive (militaire, policière) pour mener sa campagne de peur et de profilage politique. 

Jean-Luc Mélanchon, leader du Parti de Gauche français, déclara lundi le 30 novembre 2015 : «L’état d’urgence, c’était donc bien ça: un instrument de plus pour criminaliser les mouvements sociaux !». Il a également cité: «Tout pouvoir raffole de ces images pour montrer au peuple comme sa poigne est ferme. En fait, les dirigeants PS veulent s’approprier les symboles de l’ordre contre la chienlit. Rien de plus. Il faut donc du spectacle. Le résultat était facile à prévoir. Lorsqu’il y a un risque d’abus de pouvoir, il finit toujours par se commettre.». (4)

 

3. La « crise syrienne ». Rappelons-nous Roland Dumas, l’ancien ministre des affaires étrangères français, lors d’une entrevue (à regarder: https://www.youtube.com/watch?v=D55RdyopL1U) à l’émission « Ça vous regarde ». Il explique clairement que la crise syrienne fut fomentée de l’extérieur, elle était planifiée par l’Angleterre qui, par ailleurs, vient de voter pour se donner la légitimité de bombarder sur le territoire syrien tout comme la France. Pas vraiment pour combattre Daech et les dits « terroristes non modérés», car elle se donne le droit de bombarder les institutions étatiques et les villes et territoires sous contrôle du gouvernement et de l’armée syrienne (donc, les endroits où les gens ont un semblant de stabilité à travers les factions terroristes soutenues par les États-Unis, l’Angleterre et la France en vue de faire chuter le président Assad). (5)

De toute manière, pour ce dernier point, la France bombardait déjà illégalement la Syrie. Ce fut entre-autre le cas le 27 septembre 2015, lorsqu’elle a bombardée un camp d’entrainement tuant 30 personnes dont 12 enfants. (6)

Sachons que l’occident a beaucoup de rage en elle face à la Russie, car c’est la seule puissance mondiale aujourd’hui à faire de la réalpolitik. C’est aussi le seul pays à avoir réellement entreprit des mesures contre Daech, le 30 septembre 2015, à la demande de M. Assad (président syrien). C’est également le seul pays à le faire dans la légalité du droit international, par ailleurs.

Mais pour la « crise » syrienne, nous y reviendrons dans le prochain texte, car elle implique de nombreux éléments qui valent largement la peine d’être analysés en détail.

Voici donc 3 points qui ne sont non pas le résultat de l’événement du 13 novembre 2015 comme les médias traditionnels tentent de nous imposer l’idée mais tout au contraire certaines des raisons pour lesquels ils furent planifiés.

Depuis déjà de nombreuses années, la vente d’arme dans le monde est l’un des commerces les plus lucratifs. Surtout depuis les événements du 11 septembre 2001. En fait, c’est là où tout fini par avoir son sens et là où les liens se créent. La « Guerre sans fin » des étatsuniens fut planifiée avant les années 2000 et les événements du 11 septembre 2001 étaient l’entrée en matière des guerres capitalistes du siècle dans lequel nous vivons. Bush et ses acolytes lobbyistes de l’armement et de la « sécurité » avaient bien compris que la seule façon de faire rouler la machine à long terme était d’avoir un ennemi « impossible à abattre ». Ce fut ce qu’ils appelèrent le terrorisme, mais il devait être associé à une image qui divise. Donc, l’Islam, pourquoi pas. (Puis selon les débordements soulignés par M. Mélanchon en France, encore la gauche, les intellectuels et les écologistes. Mais ça, c’est une autre histoire.)

Et il devait être immortel. De facto, une religion ne peut pas « mourir ». Alors c’était l’ennemi idéal. Puis, le terrain de jeu tout aussi idéal, le Moyen-Orient. Un territoire vaste. Les plus importants champs pétrolifères de la planète. Un endroit où de multiples communautés cohabitent, donc davantage de gens à diviser. Une plus grande facilité à camoufler le commerce avec Daech. Un endroit où les puissances (Iran, Irak, Arabie Saoudite, Pakistan…), ne s’entendent pas toujours facilement donc tendent à financer les diverses factions des différents groupes et selon qu’ils soient sunnites ou chiites (7). Un endroit où les frontières n’ont pas encore de mur.

Bref, les puissances belligérantes occidentales profitent. Elles financent par nos fonds (impôts et taxes), puis regardent le spectacle tout en nous parlant d’austérité et en démantelant les institutions publiques d’ici et d’ailleurs. Ensuite, leurs lobbyistes vendent les armes, empochent. Et ils se partagent le lot en famille. Cru, frustrant, poignant, sacrant.

Dire qu’on a cru en un monde meilleur dans les années 60. Flagrante régression d’une société dite « démocratique » en déclin. Cela démontre par contre une chose d’importance selon moi. Les dirigeants réalisent bien que la « révolution » du partage de l’information et de la communication dans le monde renforce les liens entre les gens et leurs désirs de connaître et de faire connaître la vérité de plus en plus. Également, que le partage de cette information peut se faire à une vitesse fulgurante. Ils doivent donc tenter de restreindre de plus en plus nos droits et ces moyens de communication pour continuer à manipuler les masses et profiter des citoyens du monde, mais ça aura certainement une fin et nous ne sommes pas dupes.

  1. http://www.rts.ch/info/sciences-tech/reperages-web/7260513-les-cours-des-fabricants-d-armes-en-hausse-apres-les-attentats-de-paris.html
  2. http://www.lemonde.fr/societe/article/2015/11/14/attaques-a-paris-ce-que-veut-dire-la-declaration-d-etat-d-urgence-en-france_4809523_3224.html
  3. https://www.youtube.com/watch?v=nrdSuPiTFyI
  4. https://francais.rt.com/france/11352-jean-luc-melenchon-deplore-debordements-etat-urgence
  5. https://www.youtube.com/watch?v=D55RdyopL1U
  6. http://reseauinternational.net/syrie-la-france-bombarde-des-enfants/
  7. http://rattrapages-actu.fr/fiches-actu/islam-difference-entre-chiisme-et-sunnisme-0

Je suis Humain.

Je suis Humain.


12 novembre 2015

43 êtres humains meurent et 230 blessés dans un attentat suicide revendiqué par Daesh dans le quartier de Burdj Al Barajina à Beyrouth, Liban.

Traitement médiatique occidental: 0.

13 novembre 2015

129 êtres humains meurent et 300 blessés dans un attentat suicide revendiqué par Daesh dans la ville de Paris, France.

Traitement médiatique occidental: Surcharge, toute la tribune.

13 novembre 2015

17 êtres humains meurent et 32 sont blessés dans un attentat suicide revendiqué par Daesh à Baghdad, Irak.

Traitement médiatique occidental: 0.

14 novembre 2015

Des millions de personnes dans le monde changèrent leur photo Facebook en soutient à la France.

Les événements cités sont tous plus invraisemblables les uns les autres et également, d’un niveau de tragédie insensé. Pourtant, un seul a retenu l’attention des médias occidentaux: Paris. Et si vous le questionnez, vous êtes déjà classé: Fou, malade, conspirationniste. Bien sûr. La manipulation des masses par le biais de l’appareil médiatique occidental devrait commencer à inquiéter les gens dans le monde entier. Tous sautent dans l’entonnoir sans même chercher à comprendre. Et c’est normal. C’est exactement ce qu’ils veulent et c’est précisément pour cette raison que ces événements incroyablement tragiques et dégoûtants furent planifiés. Par qui, de quelle façon, par quels moyens, depuis quand le sont-ils? Ça, ce sera une autre histoire. Et nous ne le sauront probablement jamais…

Je pleure ce monde et ce qu’ils en font. Je me demande quel plan peuvent-ils nous réserver. Peu importe, ils sont entrain de le réaliser, par le terrorisme (la manipulation par la peur) qu’ils disent combattre. Par les armes qu’ils financent (Daech = Arabie Saoudite = États-Unis). Par la division qu’ils créent entre cette unique race que nous sommes: La race humaine. Nous sommes tous frères et soeurs, amis et camarades.

Tous les gens perdant la vie dans ces attentats le sont indirectement des mains d’Obama, de Hollande, de feu Harper, d’Erdogan et Cameron, de par leur politiques et leur financement/soutient à ces groupes terroristes.

J’ai peur pour notre humanité. J’ai beaucoup d’inquiétude sur la capacité de remise en question et d’analyse de la masse, qui entre aveuglément dans l’entonnoir du vide, laissant derrière elle scepticisme pour fanatisme hégémonique.

Il y a 3 faits éloquents, que la masse n’aura pas questionnée et qui est un copié/collé 11 septembre 2001;

  1. Passeports retrouvés près de deux des assaillants. Bien entendu, tout terroriste bien formé, religieux extrémistes selon les médias, pense inévitablement apporter son passeport avant un attentat, qui quelques instants après le début de l’enquête, sera vraisemblablement retrouvé près de lui. Et bien sûr, après s’être fait exploser, ce passeport sera retrouvé pratiquement intact, comme celui retrouvé 80 étages plus bas sur Wall Street au 11 septembre 2001, après avoir passé un mur de béton armé d’un mètre d’épais, s’être fait écraser par 300 tonnes de métal/d’acier/etc et explosé par 3000 litres de kérosène, où aucune pièce de l’appareil n’a pourtant pu être identifiée.
  2. Empreinte digitale. Bien entendu, ça ne prend pas de délais avant d’identifier un corps déchiqueté parmi tant d’autres, analyser un bout de doigt et tomber directement sur l’un des assaillants, Ismaël Omar Mostefaï, 29 ans, originaire de Courcouronnes.
  3. Simulation d’attaques exactement le même jour des attentats. Le Samu et les hôpitaux de Paris auraient procédé à des exercices simulants plusieurs attaques simultanées. Coïncidence surprenante. Comme celle, au 11 septembre 2001, des 4 exercices de vol de la NORAD ayant semé la confusion dans l’espace aérien et dans les centres de contrôles et les préparation de l’exercice de la FEMA (agence fédérale de réponse aux situations d’urgence) simulant une attaque bactériologique.

Ces faits ne sont pas seulement invraisemblables, ils sèment l’inquiétude et la peur quand aux raisons de la planification de ces atroces événements. La réaction des gens, dirigée par les médias occidentaux, est plus que normale. Mais que se passera-t-il les prochains jours? Qu’est-ce que l’on essaiera de faire passer à la masse après ces événements? Que préparent les puissances colonisatrices derrière ces rideaux de l’invraisemblable?

Lorsqu’Israël bombarde Gaza, tue 2000 femmes, enfants et hommes en moins d’une semaine à coup de bombardements aériens, de chars d’assauts, d’armes les plus sophistiquées de la planète, je ne vois personne mettre un drapeau palestinien sur leur visage de profil Facebook… Pourtant, moi, j’ai tout autant envie de pleurer ces vies déchiquetées. Ces familles brisées. Ces pauvres gens qui, au quotidien déjà, se battent pour survivre et exister.

Nous rêvons tous de la même chose: Être heureux.

Vivre. Respirer. Rire. Se lever le matin, sans devoir se demander si nous aurons les moyens d’entrer quelque-chose dans notre estomac. Sans devoir se demander si nous aurons accès à de l’eau potable. Sans avoir peur de sortir de chez soi en se demandant si un soldat vous attendra pour vous demander vos papiers d’identité. Sans se demander si un obus de mortier ou une balle perdue nous atteindra. Sans se demander si, le soir, nous aurons un toit sur la tête. Un endroit où dormir. Si nous pourrons le faire près des gens que nous aimons.

Car nous sommes tous une même et unique culture: La race humaine. Et nous devrons nous battre pour pouvoir continuer à exister. Se rassembler, arrêter de laisser ces fous nous diviser. Être alertes, éveillés, se questionner, s’aimer.

Unidos venceremos.

La violence et l’intimidation néolibérales

Un monde au bord de l’implosion. Une société en déclin. Une régression démocratique saisissante. 60 années d’imposition du néolibéralisme par la force, l’arrogance et le mépris de l’humanité : Un vent nouveau semble vouloir souffler.

10931599_10155390767455154_3196384839071125706_o

Serions-nous aux portes d’un tournant historique majeur ?

Quel bonheur de voir le mouvement de contestation actuel grandir et manifester son mécontentement face à une dictature libérale qui use de violence et d’intimidation contre sa propre population. Ce n’est pas une nouveauté, direz-vous. La nouveauté, c’est que la répression et la violence policière sont de plus en plus démesurées et militaires, hors de toute logique dans une société se croyant démocratique et évoluée.

Elles sont appuyées par un discours de plus en plus dangereux et questionnable des médias-poubelles qui pointent les intellectuels et les « gauchisssses » comme étant des imbéciles. Là où le bémol se trouve par contre : Comment peut-on dénigrer l’intelligence et applaudir la stupidité ? Comment peut-on flatter l’individualisme et frapper le collectivisme ?

Ces mêmes médias-poubelles ayant le pouvoir également de bâtir et d’appuyer une montée du racisme comme nous l’avons vu avec Pegida et la manifestation « anti-islam » de ce samedi à Montréal. Comment est-ce possible dans une civilisation se croyant évoluée ? Honte, honte et encore honte. Les fascistes n’ont pas leur place dans notre société.

George W. Bush et Dick Cheney ont bien réussi leur coup le 11 septembre 2001. Après les méchants « communissssstes », il fallait absolument inventer un nouvel ennemi pour continuer la propagande impérialiste yankee et sa destruction du monde pour ses propres intérêts économiques et géopolitiques. L’agenda était bien défini: L’islam, le nouvel ennemi imaginaire des occidentaux. La ligne de pensée est la même, la politique imposée également.

Cette montée du racisme s’explique tout de même par un facteur assez important : L’éducation. Comme cité plus haut, le déni de l’intellectualisme par les médias-poubelles fomente une appréciation et une complaisance à la stupidité et à l’ignorance bien difficile à comprendre mais qui, pourtant, parviennent à allez chercher plusieurs adeptes au Québec. Comment peut-on être fier d’être imbécile et ignorant ? Là se trouve toute l’incompréhension et le désarroi.

Le racisme est une autre façon de faire dévier les sujets pour lesquels nous nous soucions vraiment, c’est une arme politique infaillible et puissante. Lorsqu’un groupe spécifique est pointé du doigt, cela permet de repousser et d’omettre les réalités qui nous touchent et nous rassemblent tous peu importe nos origines ou notre religion, comme le déclin de notre système de santé ou d’éducation, le coût de la vie exorbitant versus la stagnation des salaires, les infrastructures défaillantes, la corruption, etc. Diviser pour mieux régner, la recette libérale par excellence.

Dans le contexte actuel ou les défenseurs de la justice sociale et du collectivisme (étudiants, syndicats, « intellectuels », organismes sociaux, etc.) sortent dans la rue et organisent le mouvement, il serait primordial de comprendre qu’il n’y a que nous, peuple, qui a un pouvoir sur l’amélioration de notre société et sur ce que nous voulons en faire. Avec une démocratie en déclin et des droits de plus en plus restreints, il est plus que temps de mettre un terme à ce libéralisme sale. Seul le pouvoir de la masse parviendra à vaincre cette oligarchie, à établir une réelle démocratie et une société de droit comme nous l’imaginons et la rêvons.

Unissons-nous, le combat commence et ne doit pas s’arrêter tant que nous n’aurons pas vaincu.

Poder al pueblo!

Le terrorisme : Néolibéralisme, austérité et manipulation de l’humanité.

À force de comprendre et de s’intéresser à notre monde, on en vient rapidement qu’à s’en rendre presque malade et ce sentiment de révolte face aux inégalités croissantes et désirées par une oligarchie et une ploutocratie toujours plus féroces et illégitimes ne fait que grandir dans le coeur de ceux qui se battent pour la justice sociale et pour un minimum d’égalité entre les peuples et contre les castres sociales partout existantes entre lesquelles le fossé est de plus en plus profond.

Il faut bien comprendre que dans une fausse démocratie comme ici, au Canada, il y a de plus en plus d’inquiétude à avoir quand au comportement de ces « dirigeants » qui vont à l’encontre des besoins, des intérêts, des désirs de ceux qui les ont malheureusement élus. Ils ne cessent de vous faire croire en leur bonne volonté, en leur « grands » efforts pour « leur » concitoyens et en l’importance (pour la classe moyenne et pauvre, bien entendu, jamais pour les nantis), de se « serrer la ceinture ». Et on vous résumera toujours la démocratie au simple vote pour un parti qui vous « représentera » faussement : Je vous l’apprendrai peut-être, mais ce n’est en rien de la démocratie.

D’accepter les mesures d’austérité, qui ne favorisent que les richissimes, les banques et les plus grandes entreprises. Les médias se mettent de la partie, répétant incessamment ces faux arguments « d’économistes » libéraux, ces demi-dieux se croyant plus intelligents que la moyenne des gens alors qu’il n’y comprennent en fait strictement rien à l’économie. Ils mêlent quelques mots de jargon aux allures scientifiques pour tenter de tromper le lecteur, ce qui fonctionne généralement bien et permet aux gens de se plier à ces vaillants dictateurs néolibéraux.

Il ne font qu’appliquer les mêmes politiques qui détruisent le monde depuis les années 60, celles pour lesquelles les États-Unis commettent les pires atrocités du monde pour imposer ces idéaux terroristes et illégitimes sur le reste de la planète, en toute impunité. Sans ne jamais payer pour tous ces crimes. Pire, en appuyant le sionisme et son état terroriste agissant pour les mêmes intérêts. Ces mêmes idéaux égoïstes qui font que la NSA, la CIA, le FBI et les organismes alliés au Canada, en Angleterre, en Australie et un peu partout, volent toutes les données confidentielles des concitoyens avec l’excuse de « la sécurité nationale ». Une autre belle foutaise d’intransigeants imbéciles sans scrupule pour vous pourrir les idées, les valeurs, la vision.

Le plus dangereux, c’est la manipulation médiatique de masse. Celle qui supporte cette oligarchie, qui vous fait voter pour des cons. Comment ? En ne parlant que des partis politiques pourris, en envahissant et en prenant le contrôle de tous les journaux et médias télévisés en interposant toujours plus de faux arguments et en sachant pertinemment que la majorité des citoyens, parlons simplement du Québec, sont malheureusement trop facilement contrôlables et n’ont pas un esprit critique assez fort pour éviter de voter autrement et ne pas se laisser prendre pour des crétins. Et de loin une pointe envers nos soeurs et frères, ce n’est là qu’une déchirante constatation réelle et normale dans un monde ainsi confectionné. Où l’éducation fut volontairement démantelée peu à peu depuis les dernières décennies, inversant son rôle de création d’esprits critiques pour celui de « servants » à la solde d’entreprises et d’oligarques. Il ne faut plus de jeunes intellectuels qui réfléchissent, il ne faut que de la main d’oeuvre obéissante et ce n’est pas une réflexion là-non plus mais une réalité prouvée par bien des sociologues et chercheurs.

Ce qui me fait parfois perdre espoir ici, c’est justement cette tristesse qui m’envahit par exemple en voyant les arguments de ceux qui s’opposaient au mouvement étudiant. À ceux qui ne connaissent pas la signification des mot « justice sociale », « entraide », « égalité », « coopération », passons-en. À ceux qui confondent « individualisme » et « collectivisme », ne comprenant pas l’importance des batailles de société comme celle qui a redonné une lueur d’espoir en la nôtre, qui j’ose espérer, pourra refaire surface en 2015 contre les politiques néolibérales assassines qui gangrènent les cerveaux, les relations humaines tout autant que vos émotions et vos comptes en banque.

J’ai espoir en voyant des pays comme la Grèce qui a enfin voté autrement que pour des cons. En voyant l’Espagne qui se réveille. En la révolution bolivarienne au Vénezuela, aux mouvements d’Amérique Latine qui s’opposent à ce et à ceux qui ont pillé leurs pays, torturés leurs habitants, tués des milliers d’êtres humains au nom du « libéralisme » et de sa contradiction totale par rapport à sa dite signification de « liberté ».

Car les dangers de notre monde, ne sont pas ce qu’ils vous font accroire. À savoir l’Islam, ou la « méchante Russie », le communisme ou le socialisme. Tout au contraire, ils sont à nos portes, ils vous mentent à longueur de journée. Ils sont Harper, Couillard, Obama, Hollande, Netanyahou et son État illégal assassin supporté par ses amis terroristes. Ils sont le sionisme, les mensonges médiatiques, les coups d’États en Libye, en Syrie, en Ukraine au nom de la « démocratie », lisez toujours oligarchie ou ploutocratie : Disons plutôt, au nom du pétrole, de l’argent à tout prix et du désir de ces assassins à allonger leurs armes par divers organisations terroristes tel que l’OTAN.

Voici un documentaire extrêmement pertinent, qui traite d’une foule de sujets d’actualité par différents points de vue et personnalités de ce monde, puisse-t-il vous apporter certaines réponses ou éclaircies face à ma petite révolte du moment.

Ils financent des coups d’états dans des pays qui ne sont pas les leurs, à même les fonds publics provenant de leurs propres citoyens, en l’occurence nous, les citoyens canadiens, étasuniens, anglais, australiens, français, etc. Ces fonds provenant de nos impôts, vont directement dans le terrorisme impérialiste, alors que nos gouvernements nous font accroire qu’il nous faut « se serrer la ceinture », qu’à cause de nos instances sociales telles que l’éducation ou la santé accessibles pour tous, nous avons « trop longtemps vécu au dessus de nos moyens ». C’est eux, qui ont pillé les coffres de l’état par de mauvaises décisions, de la gestion digne des pires incapables, de la corruption et des cadeaux faits aux plus grands salauds, leurs amis, durant les dernières trentaines d’années.

C’est drôle. Pourtant, on ne cesse encore de faire de cadeaux aux banquiers verreux, au pétrolières, aux multinationales, qui paient toujours de moins en moins d’impôts, profitent de main d’oeuvre à prix souvent très avantageux, sinon bénéficient au moins de nos ressources et infrastructures gratuitement, ont une immunité quasi totale face à la dite « justice » et à leurs actes les plus barbares soient-ils. Mais bon, j’arrêterai ce paquet de frustration ici. Pour le moment !

Battons-nous tous ensemble, main dans la main. Le mouvement ne fait que commencer, nous sommes 99% contre un mince 1% de crapuleux terroristes. Il nous est facilement possible et imaginable de renverser ce courant assassin, d’enrayer la pauvreté mondiale, de combattre la logique de « diviser pour mieux régner ». Il ne faut pas accepter ces manipulations médiatiques et il faut savoir tenir tête, lire les journaux ou écouter les radios et médias poubelles avec beaucoup de jugement et de petites lumières dans vos têtes, savoir comprendre tous les mensonges facilement décelables.

La révolution commence, aidez ceux qui se battent pour un monde meilleur et plus égalitaire: Non au néolibéralisme, à l’austérité, aux mensonges médiatiques.

Hasta la victoria, poder al pueblo !