From Beirut to l’Enfant-Jésus de Québec

From Beirut to l’Enfant-Jésus de Québec

mattgregoire-liban-2
Bien heureux d’avoir enfin atteint la rémission d’une leucémie lymphoblastique aigüe le 20 décembre 2016, après 2 années pénibles, plus de 130 chimiothérapies par voie intraveineuse, 8 chimiothérapies par voie intrathécale (colonne vertébrale), 9 sessions de radiothérapies, 32 jours d’hospitalisation, c’était fait. Pourquoi pas tenter de fêter ça avec un projet que j’avais, celui d’aller au Moyen-Orient, histoire de faire un peu de photoreportage et défaire la face sale des médias poubelles dominants qui vous broient le cerveau. Tenter d’avoir un visa pour la Syrie, où la réalité est bien différente de celle qu’on vous fait croire.

mattgregoire-liban-4

Alors coup de tête, me voilà au Liban 2 semaines après la fin de mes traitements. Vraiment un guess, paumé comme un tracteur décédé, quelques contacts mais bien déterminé à faire quelque-chose. J’avais une opportunité avec une organisation humanitaire oeuvrant dans plus d’une centaines de pays de visiter leurs projets au Liban et possiblement en Syrie.

mattgregoire-liban-5

(Nova, 73 ans, femme syrienne de la ville de Homs. L’une des familles supportées par l’organisation avec laquelle j’étais en contact. Elle immigra comme réfugiée avec une partie de sa famille il y a 4 ans au Liban. Nova a 2 filles, une 3ième est décédée en Syrie. Elle habite avec sa belle-fille Dallal et son mari puis leurs enfants, ainsi que l’une de ses filles, la mère de Dallal. Nova a de graves problèmes de genoux, elle ne peut pas se lever et reste donc toujours dans cette position. Il lui manquerait 1700$ US pour chaque genoux si elle désirerait réaliser l’opération, ce qui représente énormément d’argent.)

mattgregoire-liban-3

Seulement, 2 ou 3 jours après mon arrivée à Beirut, les symptômes de cette merdique leucémie commencèrent à refaire surface. Réveil la nuit complètement détrempé, comme si je sortais de la douche. Vagues de fièvres et de froid, fatigue croissante, souffle impossible à trouver. Puis à un moment, j’ai demandé des infos à mon infirmière au Québec. On m’a conseillé de revenir au plus vite, c’était louche. Puis une petite entêtée a fini par me faire réaliser que c’était pas drôle, que je devais revenir. Alors devancer le retour, un vol de 4hrs pour le Quatar et magie, 15h du Quatar à Montréal, dans un état de décrépitude particulier. C’était long dans mon état.

mattgregoire-liban-6

À l’urgence en arrivant, prise de sang. Bien entendu, résultat 5 heures 30 plus tard. Pas bon signe, cellules leucémiques, 80 de Globules blancs (5-6 la normale). On me donne un examen à passer le lendemain pour voir mes organes et les ganglions qui se sont propagés un peu partout. Mêmes conclusions de madame la médecin, ça regarde mal. Rendez-vous mardi avec l’hématologue.

mattgregoire-liban2-2

Puis voilà, jamais bon avec les mots et l’optimisme celui là: « Ouin, ça va pas hein, tu comprend? » Non, je suis trop stupide et déconnecté de mon corps, bien sûr quel imbécile. Je me trouverait visiblement ailleurs que dans ce bureau. Et voilà, l’histoire recommence. J’ai changé de centre hospitalier cette fois, ma tante travaillant ici et pourquoi pas faire changement, de bien bons commentaires sur le département d’hémato-onco et l’équipe alors go.

Mon projet From Beirut to Damascus, légèrement dévié à From Beirut to l’Enfant-Jésus de Québec, pas aussi intéressant perso mais paraît-il que je n’ai pas le choix alors, let’s go and kill that fucking nightmare again.

P.S. Dsl pour la publication de photos théoriquement supprimées de ma carte mémoire par les soldats libanais, il y a presque toujours moyen de récupérer en numérique…not against you my friends, you do a good job guys!

(Face de dégoût de bouffe d’hôpital ;), puis aurevoir les cheveux dans quelques-jours)
mattgregoire-liban2-1

Publicités

Liban, entre paix et peur.

Liban, entre paix et peur.

mattgregoire-libanon3-7
21 janvier 2017, un attentat aurait été déjoué grâce aux services de renseignement de l’armée libanaise et des Forces de sécurité intérieure. Le jeune libanais aurait été équipé d’une ceinture d’explosif et prévoyait se faire exploser à l’intérieur du café Costa samedi soir à 22h30, en plein secteur Hamra, quartier très fréquenté des touristes et des libanais.

mattgregoire-libanon3-9

Et ce genre d’événements ne sont pas rares ici. L’armée a affirmée avoir arrêté une dizaine de combatants de Daesh l’été dernier qui préparaient plusieurs événements dans la capitale libanaise. D’ailleurs, dans la ville de Tripoli plus au nord, l’armée perquisitionne régulièrement de l’armement, entre-autre des lances-roquettes de type RPG. En octobre 2014, de violents combats ont eu lieu entre l’armée libanaise, des combatants de Daesh et d’al-Nostra dans le quartier de Bab al-Tebbané.

Puis c’est sans parler des combats entre les arabes sunnites et les alaouites, associé à Bachar el-Assad donc « contre » les sunnites selon certains. Les réfugiés ont de plus en plus de difficulté à pouvoir ne serait-ce que respirer, sans même parler d’avoir un toit sur la tête. Puis les libanais qui pour la majorité ne veulent pas de conflits, semblent silencieusement et légèrement inquiets malgré tout.
mattgregoire-libanon3-2
J’ai été un peu impliqué dans cette crainte cette semaine. Je prenais des photos d’un vieux bâtiment aux multiples étages semblant abandonné dans une ruelle, entouré de barbelés et de véhicules militaires. Après avoir fait quelques photos, je continue ma marche et réalise qu’il y a des soldats dans le stationnement. Apparemment, ils m’ont vu photographier, l’un d’eux me rattrapant en courant et me prenant par le bras. Il m’amène au fameux Q.G. en question, où j’attend un moment, impassible et ne comprenant rien à leur blagues, ils semblaient bien s’amuser.

À un moment, quelqu’un m’amène finalement dans le bâtiment, un vrai labyrinthe. On me fait entrer dans un bureau ou je passe un petit interrogatoire. Le soldat, parlant beaucoup mieux anglais que ses collègues, a regardé toute les photos de ma carte mémoire. Il a supprimé les quelques photos du bâtiment, puis m’a ajouté sur Instagram en me disant qu’il est interdit de photographier ce qui est relié à l’armée et qu’il faut toujours avoir une carte d’identité sur soi au Liban.
mattgregoire-libanon3-1
Bref, à la sortie, grosse conversation (dont je n’y comprenais encore rien) avec quelques soldats qui semblaient trouver ma visite bien amusante. Je fini par leur serrer la main et continue mon chemin. Selon certains avis, l’armée et les services de sécurité sont toujours sur la crainte qu’il y ait des espions, entre-autre israéliens. Puis, comme expliqué précédemment, ils sont constamment sur un pied d’alerte pour tenter de déjouer les nombreux projets d’attentats qui se planifient au Liban même.

mattgregoire-libanon3-8

C’est donc regrettable, pour un pays qui se remet à peine d’une longue guerre et d’une agression israélienne en 2006, de multiples attentats depuis, de devoir subir ces instabilités et agressions qui, encore une fois, sont le fruit du support de certains grands criminels occidentaux à ces groupes terroristes. Cela crée des tensions entre les différentes communautés, ce qui n’est nullement nécessaire et n’amène rien de bon dans une société.
mattgregoire-libanon3-5
Le Liban est donc très ébranlé par la crise syrienne en plus de ses propres soucis. Les gens mendiants dans la rue (des enfants en particulier et souvent en bas âge, en majorité syrien), des déficits au niveau du traitement des réfugiés mais bien peu d’aide de l’étranger pour gérer cette crise, il semblerait que le pays essaie de faire sa part mais, pas évident lorsque 30% de la population sont..des réfugiés! En plus de la population libanaise qui connaît aussi un niveau de pauvreté, des gens qui sont peu aidés par le gouvernement (un pays assez néolibéral, où il n’y a pas de système de santé ou d’aide pour les démunis).
mattgregoire-libanon3-6
En fait, c’est offusquant de voir le nombre de grandes marques de voitures à côté d’une pauvreté extrême, passant devant des gens incapables de s’alimenter. Ferrari, Porsche, Maserati, Aston Martin, Lamborghini, bref une seule de ces foutues voitures pourrait faire vivre de nombreuses familles à long terme. Mais bon, ça, c’est une autre histoire.

mattgregoire-libanon3-3

mattgregoire-libanon3-4

Visa Surya?

Visa Surya?

Uber, très controversé à plusieurs endroits est, du moins ici, un outil bien pratique. Comme partout j’imagine, certains chauffeurs de taxis essaient de vous escroquer et ne sachant pas trop jusqu’où vous pouvez vous permettre de vous obstiner, vous finissez par plier.

Néanmoins. « To the Syrian Embassy, please ». Khalid, chauffeur de taxi, retraité de l’armée Libanaise, me raconte qu’il y a amené une journaliste Russe (oui, comme toujours, les journalistes occidentaux, sauf ceux qui ont un avis divergent des médias de masse, sont inexistants sur le terrain et restent en général bien au chaud dans le confort de leur maison à copier-coller des informations biaisées voire mensongères qu’ils ne vérifient pas mais sont dans l’ordre d’idée de leurs patrons) qui désirait s’y rendre. Le visa lui ayant été refusé, elle a tenté de traverser par un autre moyen: Payer quelqu’un et traverser loin d’un poste frontalier! Ce qui n’a pas non plus fonctionné.

mattgregoire-libanon-2
Parenthèse, cela m’amène à revenir sur certains sujets pertinents. Dernièrement, quelqu’un me parlait d’opinions, du fait qu’il n’était pas toujours en accord avec les miens mais que c’était bien ainsi et que c’était intéressant de lire parfois ces opinions malgré tout. Je me suis donc demandé si, par exemple, lorsqu’on aborde le sujet d’un conflit ou d’une guerre et qu’on apporte des faits qui ne sont pas dits dans les médias-poubelles, les gens résument-ils cela à un simple « opinion »?

Et voici un texte qu’absolument tout le monde devrait lire pour comprendre le fondement des médias dominants et comment les gouvernements les utilisent à leur fins, ainsi que les raisons pour lesquelles ils biaisent, omettent ou modifient les faits pour manipuler l’opinion public et la masse pour leurs propres intérêts: https://www.ababord.org/Le-modele-propagandiste-des-medias,261. Ainsi, il serait pertinent de se rappeler une chose: Attention aux médias de masse, tenez-vous en bien loin si vous n’avez pas un intérêt ou une passion pour déchiffrer tous les mensonges et aller vérifier les faits par rapport aux sujets qu’ils abordent, ce n’est pas un opinion mais un fait qu’ils ne vous offrent que rarement une information neutre et vérifiée.

mattgregoire-liban1-7

Arrivé à l’entrée de la rue de l’ambassade, nombreux checkpoints de l’armée libanaise. Le taxi ne peut pénétrer dans ce secteur, alors on me fait descendre et on vérifie mes documents et mon sac à dos. Je m’y rend ensuite, voyant que très nombreux syriens font la file et d’autres attendent derrière une barrière, avec quelques soldats libanais. On me fait signe de dépasser la file et d’entrer dans l’ambassade. En montant les marches, un soldat me sourit et me posa des questions sur mes origines et les raisons pour lesquelles je me trouve là.

J’arrive finalement dans le bâtiment principal, c’est bondé de gens. N’y comprenant rien aux indications (tout est écrit en arabe, je m’en veux de n’y rien comprendre), on me montre le bureau de demande des visas. J’entre. Souriants, quelques hommes me font signe de m’asseoir. Cigarette à la bouche, l’homme au bureau me dit: « Visa Surya? » (Syrie est prononcée Surya en arabe). Il compose alors un numéro à son téléphone. L’homme à ses côtés, un sacré personnage. Une copie de  M. Castro, en beaucoup plus volumineux. Une barbe tout aussi gigantesque, avec son habit militaire sur lequel se trouve un badge du président Assad. Il me sourit, fait un signe de tête en guise d’approbation.

Puis, on me prête le téléphone: « Hi, what is your request? ». Ma demande, c’était bien sûr un visa d’entrée pour la Syrie. Car peu ou pas de journalistes occidentaux n’ont couvert ce conflit. Ils n’ont que rapidement adopté la rhétorique des médias de masse et acheté leur information d’entreprises (anciennement, des agences d’informations, dont Reuters ou France-Presse qui sont maintenant littéralement des entreprises dont le but est de faire de l’$$$ pour leurs actionnaires – d’autres énormes entreprises privées avec des intérêts bien au delà de ce qu’on imagine), ce qui a très rapidement laissé le champ libre à ces médias pour dominer l’opinion public selon des intérêts bien précis.

Alors, on m’explique que je dois avoir une lettre d’invitation (pour un visa de touriste, sinon un visa média prend beaucoup trop de temps pour le peu que je possède) et ensuite, qu’ils analyseront ma demande. Je sors donc de l’ambassade, où le même soldat m’aborde à nouveau. Nous échangeons un peu et je fini par quitter. Mais, pourquoi la Syrie?

Parce que depuis le début du conflit, il m’a semblé si facile de voir tous les mensonges des médias dominants, les mêmes qu’à chaque guerres, prendre aussi vite possession de l’espace public et imposer une direction pré-déterminée. Démonter aussi facilement les faits et appuyer sans aucune preuve qui soit, l’idée même de supporter une éventuelle guerre dans un pays où vivaient entres-elles de multiples ethnies et religions. Un pays laïque qui offrait un système de santé et d’éducation publiques, où personne ne craignait de recevoir une bombe ou un tir de mortier, ou encore de se faire couper la tête par des assassins complètement fous.

mattgregoire-libanon-11

Certes, Bachar el-Assad n’est probablement pas le meilleur président du monde (encore faudrait-il déterminer ce qu’est un « bon » président – Car Harper, Bush, on repassera). Il y avait sûrement des choses à améliorer en Syrie. Mais il n’y avait pas de guerre. Demandez aux syriens si ils sont heureux de ce que leur pays a l’air maintenant. Ou de ce qu’il aurait pu avoir l’air si Al-Nusra et Daesh, puis « l’opposition » auraient imposés la charia dans le pays. Regardez en Libye, ce que la destruction du pays par les occidentaux a apporté. Le chaos, la chute des institutions, de la stabilité et de la sécurité, des vagues de migrants désirant maintenant quitter ce pays qui était leur. Les diverses milices islamistes qui se battent sans cesse pour reprendre une partie de territoire. Rappelons-nous que c’est avant-tout pour la déclinaison de Kadhafi à des ententes pétrolières occidentales et à sa volonté de créer une monnaie unique africaine ayant concurrencer le $ US et le YUAN, que les occidentaux ont voulu sa fin. Mais, bien-sûr, peu le savent. Et regardez l’Afghanistan, ou l’Irak. Le même bordel.

Je suis toujours étonné de voir qu’autant de gens en 2017 ne réalisent pas que toutes ces guerres modernes soient politiques/économiques et que la destruction de ces états, qui amène les flux de migrants les plus importantes de l’histoire et les pires atrocités de la planète, qui détruisent des millions de vies, ne sont que le fruit de quelques hauts dirigeants qui ne veulent pas perdre leur hégémonie et leurs clients. Total, Shell, Halliburton, peu importe. Le pétrole et les armes, c’est un commerce bien fructueux. Encore une fois, ce sont des faits vérifiables et il s’agit de quelques recherches, peu importe le conflit, pour en comprendre le fond et les raisons réelles.

mattgregoire-libanon-6

Il ne s’agit que de regarder le pays « dominant », celui qui nous parle de droits de l’homme, de démocratie, de paix, qui se vante d’être un as en ces matières. C’est pourtant le pays qui pratique le plus la torture, qui possède de nombreux centres dont certains tenus bien secrets où nombre de gens, bien souvent innocents, vivent un enfer. C’est le pays qui a soutenu et organisé le plus de coups d’états sanglants à travers le monde, toujours au nom de la « paix » (non, du capitalisme sauvage). C’est le pays qui offre le moins de services à ses citoyens au nom de la privatisation et de la méchanceté des taxes et impôts mais utilise l’argent du peuple pour injecter chaque année des centaines de milliards de dollars dans l’armée. C’est le pays qui scrute le plus la vie d’autrui sans l’accord de qui que ce soit, puis pas juste de ses propres citoyens mais à grandeur du globe. C’est aussi le pays qui, à maintes reprises, à interféré dans des élections démocratiques (entre-autre en Europe de l’est, par les « révolutions oranges »), pour imposer des gouvernements de droite en faveur de leurs intérêts. C’est le pays qui, aussitôt que sa population sort dans la rue pour partager son opinion et son mécontentement, envoie l’armée et décrète l’état d’urgence pour éteindre au plus vite les opinions divergents. C’est le pays qui, dernièrement, à envoyé des milliers de mercenaires dans des pays européens pour tenter de faire peur au monde et nous inventer une « menace russe », encore un tissus de manipulations et d’aberrations cérébrales – Cette technique d’utiliser la peur pour manipuler se nomme d’ailleurs « terrorisme » -. Alors, nous repasserons.

mattgregoire-libanon-8

Voilà, le pourquoi de mon intérêt. Pour voir de mes propres yeux et partager la réalité, celle que la majorité ne savent pas. Entendre de « vraies » personnes donner leur point de vue et dire ce qu’ils vivent, pas entendre des faces maquillées aux dents blanchies, arrivant dans leur SUV au studio télé, café à la main, gel dans les cheveux, venant tout juste de prendre note de ce qu’ils auront à radoter sans même se poser de question sur ces « nouvelles ». Dire non, ça suffit. Les gens sont obligés d’être conscients et de savoir, en tant qu’êtres humains. Que l’ignorance et l’égocentrisme, ce n’est pas propre à nous.

Que l’ignorance, c’est ce qui permet à cette poignée de criminels de financer ces guerres et de manipuler les masses. De dominer l’opinion publique, de laver les cerveaux et de continuer à agir comme ils le veulent. C’est ce qui amène la mort de millions de gens, leur déplacement, la perte de leur domicile, la détérioration de leur qualité de vie. Et nous devons nous battre pour que la balance retombe de notre côté et qu’un jour, ces guerres sales cessent.

mattgregoire-libanon-9

Liban, terre de refuge.

Liban, terre de refuge.

Au Proche-Orient existe un petit et magnifique pays aux multiples facettes. Il étonne, de par sa diversité culturelle, ses paysages, sa géographie et sa démographie religieuse, entre-autre choses. Mais aussi par ses inégalités, ses classes sociales et sa situation géographique (Israël au sud – qui aussi près qu’en 2006, après avoir attaqué la Bande de Gaza, attaqua le Liban durant 1 mois, tuant près de 1000 citoyens et détruisant de nombreuses infrastructures – et la Syrie, au nord et à l’est). Cela fait du Liban un pays complexe et voici ma vision d’étranger étant ici depuis peu.

(P.S. Les photographies montrent la beauté physique de Beyrouth pour plus de positif, elles montreront un autre côté au fil des prochains jours et récits.)

mattgregoire-liban1b-2
Sortant d’une longue guerre civile (1975-1990), le Liban a commencé à se remettre sur pied dans les années 90. Encore aujourd’hui, à travers les immeubles aux multiples étages tout neufs, de nombreux immeubles abandonnés et certains parsemés de trous de balles subsistent. Certains, avec ingéniosité, sont rénovés de l’intérieur, laissés intacts sur leur façades. Comme pour ne pas oublier.

mattgregoire-liban1-9

mattgregoire-liban1-1

Le Liban, c’est environ 4.5 millions d’habitants. À cela, il faut ajouter 1.8 millions de réfugiés syriens (ne parlons que du nombre de réfugiés enregistrés) et environ 400 000 réfugiés palestiniens, en omettant les réfugiés d’autres nationalités. Les mesures prises par les autorités pour aider les réfugiés sont bien vues dans un certain contexte, mais cela amène certaines tensions au niveau de la population libanaise.

mattgregoire-liban1-12

N’est-il pas rare de voir des enfants syriens, avec ou sans leur famille, sur le coin d’une rue pour y vendre des friandises ou chanter en échange de quelques pièces. Ce matin, j’étais dans un taxi et le chauffeur, à un feu de circulation où une famille syrienne se trouvait, demanda à la jeune fille de chanter, s’esclaffant de rire en refermant les fenêtres. Pour beaucoup de gens, le niveau de tolérance semble parfois être atteint.

D’ailleurs, c’est un pays où 18 religions sont reconnues dont 3 majoritaires qui se partagent les sièges au parlement. Le président doit obligatoirement être chrétien maronite, le premier ministre doit être musulman sunnite et le président de l’assemblée nationale, chiite. C’est un pays où la langue majoritairement parlée et reconnue est l’Arabe, mais l’Anglais et le Français sont aussi des langues d’usage et enseignées à divers niveau.

mattgregoire-liban1-4

mattgregoire-liban1-10

Cette diversité culturelle et religieuse en fait un pays extrêmement enrichissant à découvrir. Même si ce n’est pas complètement le cas, il y existe tout de même une certaine paix et une acceptation de la religion d’autrui. Nombreuses sont les églises catholiques, catholiques orthodoxes, les mosquées, etc. D’ailleurs, durant mon exploration du jour, il y avait devant l’église orthodoxe nombreux photographes et mariés/mariées dans le parc, visiblement de diverses confessions.

mattgregoire-liban1-11

C’est aussi, comme je le citais, un pays où nombreux sont les réfugiés. La frontière syrienne étant bien proche, il y a un nombre important de véhicules de l’UNICEF et de l’ONU, entre-autre. Il faut savoir qu’il y a eu assez récemment d’autres attentats, dont le 12 novembre 2015 où Daesh revendiqua un double attentat-suicide causant la mort de 43 libanais dans un quartier chiite. Cela m’amène à résumer ce que je comprend de la situation du moment dans la région.

Le Hezbollah libanais (de confession chiite), combattant Daesh en Syrie (de confession sunnite), ces derniers tentent par tous les moyens de les affaiblir, ayant déjà perdu la majeure partie des territoires qu’ils avaient conquis. Ils frappent donc aux frontières avec le Liban, mais visiblement sont parvenus à commettre un attentant en pleine capitale en 2015. Le fait que le Hezbollah chiite s’en prenne à des sunnites ou en arrête certains ne plait pas beaucoup à nombreux arabes sunnites de la région, ce qui crée de fortes tensions, particulièrement au nord du pays à la frontière syrienne. Également, l’armée libanaise ayant aidé/aidant le Hezbollah dans certaines attaques sur des villages libanais, elle est moins appréciée par une partie de la communauté sunnite (je tiens à rappeler qu’il n’y a pas de généralisation ici, ce n’est pas le cas pour tous et ça ne se sent pas en tant qu’étranger dans la population).

mattgregoire-liban1-5

Malgré tout, ce ne sont pas des sujets vraiment abordés et la situation semble s’améliorer en Syrie alors, comme ce syrien de Damas qui était assis à mes côtés dans l’avion, « Inch’Allah puisse la paix renaître dans mon pays. » Voilà, pour conclure, les libanais sont des gens extrêmement chaleureux et sympathiques, toujours prêts et contents de vous aider peu importe vos soucis ou vos questions.

(la suite, bientôt)

mattgregoire-liban1-8