mattgregoire-libanon3-7
21 janvier 2017, un attentat aurait été déjoué grâce aux services de renseignement de l’armée libanaise et des Forces de sécurité intérieure. Le jeune libanais aurait été équipé d’une ceinture d’explosif et prévoyait se faire exploser à l’intérieur du café Costa samedi soir à 22h30, en plein secteur Hamra, quartier très fréquenté des touristes et des libanais.

mattgregoire-libanon3-9

Et ce genre d’événements ne sont pas rares ici. L’armée a affirmée avoir arrêté une dizaine de combatants de Daesh l’été dernier qui préparaient plusieurs événements dans la capitale libanaise. D’ailleurs, dans la ville de Tripoli plus au nord, l’armée perquisitionne régulièrement de l’armement, entre-autre des lances-roquettes de type RPG. En octobre 2014, de violents combats ont eu lieu entre l’armée libanaise, des combatants de Daesh et d’al-Nostra dans le quartier de Bab al-Tebbané.

Puis c’est sans parler des combats entre les arabes sunnites et les alaouites, associé à Bachar el-Assad donc « contre » les sunnites selon certains. Les réfugiés ont de plus en plus de difficulté à pouvoir ne serait-ce que respirer, sans même parler d’avoir un toit sur la tête. Puis les libanais qui pour la majorité ne veulent pas de conflits, semblent silencieusement et légèrement inquiets malgré tout.
mattgregoire-libanon3-2
J’ai été un peu impliqué dans cette crainte cette semaine. Je prenais des photos d’un vieux bâtiment aux multiples étages semblant abandonné dans une ruelle, entouré de barbelés et de véhicules militaires. Après avoir fait quelques photos, je continue ma marche et réalise qu’il y a des soldats dans le stationnement. Apparemment, ils m’ont vu photographier, l’un d’eux me rattrapant en courant et me prenant par le bras. Il m’amène au fameux Q.G. en question, où j’attend un moment, impassible et ne comprenant rien à leur blagues, ils semblaient bien s’amuser.

À un moment, quelqu’un m’amène finalement dans le bâtiment, un vrai labyrinthe. On me fait entrer dans un bureau ou je passe un petit interrogatoire. Le soldat, parlant beaucoup mieux anglais que ses collègues, a regardé toute les photos de ma carte mémoire. Il a supprimé les quelques photos du bâtiment, puis m’a ajouté sur Instagram en me disant qu’il est interdit de photographier ce qui est relié à l’armée et qu’il faut toujours avoir une carte d’identité sur soi au Liban.
mattgregoire-libanon3-1
Bref, à la sortie, grosse conversation (dont je n’y comprenais encore rien) avec quelques soldats qui semblaient trouver ma visite bien amusante. Je fini par leur serrer la main et continue mon chemin. Selon certains avis, l’armée et les services de sécurité sont toujours sur la crainte qu’il y ait des espions, entre-autre israéliens. Puis, comme expliqué précédemment, ils sont constamment sur un pied d’alerte pour tenter de déjouer les nombreux projets d’attentats qui se planifient au Liban même.

mattgregoire-libanon3-8

C’est donc regrettable, pour un pays qui se remet à peine d’une longue guerre et d’une agression israélienne en 2006, de multiples attentats depuis, de devoir subir ces instabilités et agressions qui, encore une fois, sont le fruit du support de certains grands criminels occidentaux à ces groupes terroristes. Cela crée des tensions entre les différentes communautés, ce qui n’est nullement nécessaire et n’amène rien de bon dans une société.
mattgregoire-libanon3-5
Le Liban est donc très ébranlé par la crise syrienne en plus de ses propres soucis. Les gens mendiants dans la rue (des enfants en particulier et souvent en bas âge, en majorité syrien), des déficits au niveau du traitement des réfugiés mais bien peu d’aide de l’étranger pour gérer cette crise, il semblerait que le pays essaie de faire sa part mais, pas évident lorsque 30% de la population sont..des réfugiés! En plus de la population libanaise qui connaît aussi un niveau de pauvreté, des gens qui sont peu aidés par le gouvernement (un pays assez néolibéral, où il n’y a pas de système de santé ou d’aide pour les démunis).
mattgregoire-libanon3-6
En fait, c’est offusquant de voir le nombre de grandes marques de voitures à côté d’une pauvreté extrême, passant devant des gens incapables de s’alimenter. Ferrari, Porsche, Maserati, Aston Martin, Lamborghini, bref une seule de ces foutues voitures pourrait faire vivre de nombreuses familles à long terme. Mais bon, ça, c’est une autre histoire.

mattgregoire-libanon3-3

mattgregoire-libanon3-4

Publicités

4 réflexions sur “Liban, entre paix et peur.

  1. Il faut se poser la question pourquoi ces refugés ne sont pas dans les pays riches du Golf à Dubai par exemple au lieu de les envoyer au Liban et en Jourdanie avec des ressource limités pour les recevoir

    J'aime

    1. Beaucoup trop d’accord avec ces faits..je pense qu’on pourrait se questionner sur le financement de ces pays à divers groupes armées, ce qui pourrait peut-être expliquer une certaine partie de cela malheureusement..ca reste un point de vue

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s